[Wii U] Splatoon, l’important c’est de jouer, pas de gagner… MON CUL !

Alors voilà, y’a des fois, t’as une hype de fou sur un jeu tout ça, et moi j’suis là en mode « What ? Ils ont fumé quoi ». Et puis je commence à y jouer avec un super a priori négatif, déjà parce que Nintendo et le réseau c’est pas vraiment des potes, et ce depuis la Wii première du nom. Ensuite, parce que le lobby du dit-jeu rame, et tient pas les 30 fps, ce qui laisse supposer le pire. Et puis tu règles les soucis de réseau (j’expliquerais plus bas), et puis tu fais quelques parties comme ça… Et puis tu te mets à y revenir. De plus en plus. Je vous présente donc Splatoon.

Alors ouais voilà, j’ai exprimé toute ma haine envers ce jeu, Nintendo c’est des faibles, ils savent pas coder un moteur réseau et tout, auprès d’un pote (Eaven pour pas le nommer). Je comprenais vraiment pas comment ce jeu pouvait avoir une telle hype. Mais bon, tête de cochon que je suis, j’ai tenté. Alors attention, je dis pas qu’il s’agit du best game ever, mais simplement que ouais, en fait c’est quand même bien marrant de temps en temps.

 

Bon, déjà, Splatoon, c’est quoi. Pour les deux du fond qui n’ont pas suivi, il s’agit d’un shooter un peu déjanté, dans lequel il s’agit de recouvrir une arène de combat d’encre. Ca se joue à quatre contre quatre, et ça dure trois minutes par partie. Chaque joueur peut personnaliser son équipement (différent types d’armes, accessoires, habits) qui auront des propriétés particulières. Mitraillette à peinture, rouleau, fusil à pompe, sniper… Il existe plusieurs versions à débloquer au fur et à mesure des niveaux, et de l’argent gagné, qui auront des tirs secondaires ou spéciaux différents (bombes, sonar…).
Comme tous les jeux où l’on débloque des items, il y’a donc une forme de grind, mais finalement, qu’on gagne ou qu’on perde, l’expérience et l’argent montent relativement vite, et ce n’est donc pas un processus pénible.

splatoon2Le premier aperçu est pas super glorieux…

 

Esthétiquement, le jeu est très sympathique, et fort heureusement, il tourne bien à 60 fps, sans aucun ralentissements et sans l’aliasing dégueulasse du lobby. La bande son est parfaitement adaptée, avec une OST vraiment sympatoche, et des bruitages très réussis à base de plop plop plop plop (désolé).

La prise en main est trèèèès rapide (encore faut-il désactiver la fonction gyroscope qui est tout bonnement injouable pour un mongoloïde du pad comme moi), et la sensation d’être utile vient très vite quand on comprend le concept du jeu, à savoir qu’il faut repeindre le sol, pas les murs (oui, j’ai mis du temps…) pour engranger des points et gagner du territoire. Tout ceci se fait dans le mode normal. Une des originalités du gameplay de Splatoon est de pouvoir se transformer en pieuvre, baignant dans notre propre encre. Les interêts sont multiples.
Premièrement, c’est le moyen de recharger sa réserve d’encre, car non, elle n’est pas illimitée. Naviguer en pieuvre permettra aussi de se déplacer beaucoup plus rapidement qu’à pattes, voir même surprendre un adversaire lors d’un combat en disparaissant sous ses yeux et réapparraissant ailleurs. Attention cependant à ne pas se faire encercler d’encre ennemie, synonyme d’une mort imminente.
La mort cependant n’est qu’une perte de temps. On respawn au point de départ avec la possibilité d’effectuer un super saut pour rejoindre un ami plus loin dans le niveau, mais les précieuses secondes d’absences peuvent avoir une conséquence facheuse, votre adversaire en profitant pour recouvrir de son encre toute une zone.

 

splatoon3Le « Super » de mon pistoflingue envoie des tornades d’encre. Jouissif.

 

Pour finir, le réseau. Voir le PS plus bas, mais une fois reglé les soucis de connexion, le jeu est un modèle de fluidité, au point de me demander comment il est possible qu’il y’ai si peu de lag apparent quand je joue avec des japonais ! Incompréhensible, mais tellement jouissif…

Je ne vais pas plus m’attarder sur la description du jeu, dont j’ai d’ailleurs omis le mode solo, que pour le coup je trouve chiant à mourir, et simplement conseiller aux possesseurs de Wii U de se le procurer. Ce n’est pas un jeu sur lequel je passerais des heures d’affilée, mais à 40€, il s’agit là d’un titre dont le fun – quasi – immédiat (mauvaise foi inside…), la nervosité, et la rapidité d’accès permettent de courtes parties entre deux occupations.

 

 

PS : Petit conseil, passez la DMZ de votre routeur sur la Wii U pour avoir le moins de problèmes de connexion possible… Oui, Nintendo c’est quand même des teubs par moment.
PS2 : Cet article est très décousu, c’est volontaire, ça représente mon état d’esprit rapport à ce jeu !

Apoc

J'aime le piment d'espelette.

Laisser un commentaire