[Série TV] The Get down, de la naissance du hip-hop

Laisse moi te raconter une histoire de fou,
C’est l’histoire d’une série que j’estime beaucoup
Ce sont des jeunes du Bronx qui veulent s’en sortir
D’la disco au hip-hop, vont-ils réussir ?

Rajoutez à ça un loop digne du début des 80s, et vous aurez devant vous le tout premier pitch hip-hop de l’histoire !

jaden-smith-new-photo-set-of-the-get-down-social-1

The Get Down, série produite par Netflix et réalisée par Baz Luhrmann (Romeo + JulietteGatsby le Magnifique…) et Stephen Adly Guirgis.

1977. Le quartier de South Bronx est dévasté. Entre la misère, les flammes et la violence, les communautés locales tendent de subsister dans un climat d’élections municipales tendues. D’un côté, Zeke « Books » Figueroa, un adolescent particulièrement habile avec les mots, tente de conquérir celle qui fait chavirer son coeur, Mylene Cruz, qui rêve de son côté de devenir la prochaine star du disco.
De l’autre, Cisco « Papa Fuerte » Cruz, riche entrepreneur et oncle de Mylene, s’allie avec le prétendant au poste de maire dans le but d’obtenir les subventions nécessaires à la rénovation du quartier, au travers d’un énorme projet immobilier.

the-get-down-1

Rapidement, Zeke et sa bande feront la connaissance d’un personnage haut en couleur : le Shaolin Fantastique. Légende du graffiti, celui-ci les guidera dans un nouveau monde, très underground, celui du hip-hop. Entre l’apprentissage du scratch, avec l’aide de Grandmaster Flash, l’un des pionniers de la discipline, et les guerres de territoires avec les crews de DJ Kool Herc et Bambataa, le jeune Zeke devra tracer sa voie, mais surtout s’élever dans un monde où il est trop souvent tiré vers le bas.

Une fois de plus, Netflix produit une série dont la réalisation, que je trouve juste ouf, ne permet pas de se rendre compte du format inhabituel des six épisodes, dont la durée avoisine les soixante minutes. Des acteurs que je trouve tous au niveau à la bande son parfaite, en passant par l’ambiance incroyable malgré la misère et la noirceur du monde qui entoure les héros, il s’agit là probablement d’une des meilleures séries que j’ai vu cette année. ALORS FONCEZ !

 

Et pour rester dans le ton, un p’tit message du grand maître :

 

Apoc

J'aime le piment d'espelette.

Laisser un commentaire