[PC] IVAO, la simulation aérienne s’envoie en l’air ! – Partie 2

« Altered 290 Romeo, numéro un, autorisé approche VPT alpha piste 20
– 290 Romeo, numéro un, on est autorisé approche VPT alpha piste 20
– Altered 290 Romeo, vous allez droit vers la montagne, tournez à droite cap 200 immédiatement ! 290 Romeo ? Mhh chef, je crois qu’on a un soucis… »

Ouais, parfois, c’est pas facile…

 

Dans la première partie de ce double article, je vous parlais de la partie simulateur de vol d’IVAO. Mais il y’a une autre partie toute aussi importante, et qui permet justement aux pilotes de vivre leurs vols avec une immersion maximum. Dans la réalité, le contrôle aérien demande un certain investissement, et surtout le passage par la célèbre ENAC, l’école nationale de l’aviation civile. Sur IVAO, les professionnels côtoient les amateurs passionnés et toute personne volontaire et sérieuse pourra apprendre et s’adonner à cette activité, grâce, entre autre, à l’excellente ATC School.

 

La fenêtre d’IVAC. Un véritable sac de noeuds pour l’oeil inexpérimenté.

 

Il a plus d’un tour dans son sac !

Alors que plusieurs simulateurs sont utilisables pour se balader au dessus des nuages, le contrôle se fait avec un seul logiciel : IVAC. Disponible évidemment gratuitement, ce logiciel simule donc les radars de contrôle que l’on trouve dans les nombreux aéroports du monde.

Le contrôle aérien est séparé en ce que l’on appelle des positions. Il existe plusieurs positions. Je vais vous les présenter ici :

Le prévol (DEL) : valide les plans de vol et autorise la mise en route. Cette position est principalement présente sur les plus grosses structures, comme Roissy Charles de Gaulle.
Le sol (GND) : fait rouler ou translater l’aéronef sur les taxiway jusqu’au point d’arrêt de la piste en service.
La tour (TWR) : donne les clairances de décollage et d’atterrissage, et contrôle les vols VFR (règles de pilotage à vue) situés dans sa zone de contrôle. Certaines grosses plates-formes peuvent avoir un dégroupage en cas de fort traffic, comme par exemple Roissy, qui aura alors un contrôleur pour le doublet de pistes nord et un autre pour le doublet sud.
Le départ l’approche (DEP/APP) : contrôle les aéronefs après le décollage jusqu’à une certaine altitude / en approche jusqu’à les avoir placé en finale de la piste en service. En absence de DEP, ou si la position n’existe pas sur la plate-forme, l’APP gère à la fois les départs et les approches.
Le centre : contrôle tous les aéronefs sortis des zones de contrôle du DEP, sur de très grandes surfaces.

 

Moi, c’est ALD290R, et dans pas longtemps, je serais contrôlé par l’approche d’Ajaccio.

 

Essai radio. Un-deux, un-deux

Evidemment, selon les heures et les évènements, toutes les positions ne sont pas staffées simultanément. Il est donc habituel qu’un contrôleur prenne en charge toutes celles situées sous la sienne. En l’absence du DEL et du GND par exemple, la TWR prendra en charge les clairances prévol et le roulage.

Quand plusieurs positions d’une même plate-forme sont occupées, les contrôleurs ont souvent besoin de se coordonner, comme pour le choix de la piste en service ou encore un niveau de vol initial non publié sur les cartes. Toute cette dynamique est soutenue depuis peu en division France par la mise en place d’un serveur Teamspeak 3, sur lequel les contrôleurs peuvent se parler, entre autre pour mieux gérer l’arrivée d’un nombre important de trafics. Il est également possible de converser par texte, ou d’utiliser d’autre systèmes tels que Skype.

 

Finalement, pas besoin de faire l’ENAC !

 

Donne cours d’ATC de 18H à 22H

Tous les pilotes ne se valent pas et n’ont pas les mêmes connaissances ou compétences, sans pour autant avoir de limites sur les vols réalisables. Pour le contrôle, en revanche, un débutant ne pourra pas prendre une position considérée comme difficile. Un système de grade est donc là pour empêcher un novice un peu trop présomptueux de se retrouver, entre autres, à l’approche de Roissy ou de Nice. Tous ces grades peuvent s’obtenir après s’être auto-formé ou en ayant participé à l’ATC School.

Sous la tutelle de formateurs expérimentés, l’ATC School accueille donc les contrôleurs en herbe pour leur permettre d’atteindre les grades supérieurs. Afin de tester la connaissance de la phraséologie et l’expérience acquise lors des formations, des modules de training mettent à l’essai les élèves, avec, au bout, des examens pratiques.

 

Les différents grades d’ATC. En ce qui me concerne, je suis AS 3.

 

IVAO, l’avion

IVAO, vous l’aurez compris, est une machinerie très complexe. Un investissement en temps conséquent et une forte volonté d’apprendre sont nécessaires pour tirer l’essence de ce réseau. Comme dit en préambule, l’aviation m’a toujours passionné, et j’ai énormément appris grâce aux passionnés que j’y ai rencontré.

Ces deux articles consacrés à IVAO sont terriblement incomplets et j’omets de parler de nombreuses choses. Je ne peux donc que vous inviter à venir poser des questions sur le forum ou sur notre Teamspeak, voire même à simplement aller jeter un oeil par vous même sur le site de la division France !

Fly safe, captain !

Apoc

J'aime le piment d'espelette.

Laisser un commentaire