[PS4/Vita] World of Final Fantasy, un jeu gigantus !

Si on doit citer une saga célèbre de J-RPG, l’une de celles que l’on retiendra le plus souvent est sans aucun doute Final Fantasy. Grâce à la Playstation et au merveilleux septième opus, Squaresoft avait à l’époque conquis l’Europe, qui était alors le parent pauvre du genre. Ayant perdu pas mal d’intérêt pour la série après le douzième épisode, j’avoue que je m’étais pas mal éloigné de la saga et de l’univers FF. Et récemment, je tombe sur une boite de jeu qui attire mon regard… World of Final Fantasy… Et merde… 

Alors qu’on se le dise tout de suite, WoFF (le chien ?) n’est PAS une nouvelle itération de Final Fantasy. Il s’agit plutôt d’un épisode crossover dans lequel le joueur contrôlera deux personnages inédits, les jumeaux Reynn et Lann, deux myramanciens ayant perdu la mémoire.

Guidés par Tama, une sorte de renard volant et doté de la parole, et l’énigmatique Enna Kros, qui se présente comme une divinité, ils commenceront alors une quête dans le monde parallèle de Grymoire, pour capturer le maximum de myrages, des monstres ou animaux de tous genres avec qui ils pourront combattre, tout ceci afin de retrouver leurs souvenirs. Leur mission se complexifiera alors un poil, quand ils partiront à la recherche de quatre clefs, après avoir pris connaissance d’une ancienne prophétie annonçant la venue des Gigantus du Coteau, et qui semblerait tout à fait les concerner. Ils feront alors de nombreuses rencontres, dont particulièrement celle des sauveurs, comme CloudSquall, ou encore Edgar, qui interviendront pour leur prêter main forte quand le besoin s’en fera sentir…

 

screenshots_5Cloud (Final Fantasy VII), le Lilipuce, en pleine discussion avec TamaLann et Reynn.

 

Une des premières particularités que l’on pourra constater dans WoFF (le chien du coup ?), c’est la patte artistique particulière. Hommage aux vieux RPG 2D ? Aux personnages Super Deformed de Final Fantasy VII ? Quoi qu’il en soit, l’univers de Grymoire est peuplé de Lilipuces, alors que nos héros sont eux des Gigantus, mais ayant la particularité de pouvoir rapetisser pour se fondre dans la masse. Il est tout à fait possible que ce choix esthétique puisse dépayser, mais outre l’impact scénaristique de cette étrangeté, je trouve que ça donne un ton ultra kawaii au jeu, parfaitement adaptée. Pour le reste, l’esthétique est tout à fait honorable sur PS4, avec certains passages carrément canons. De ce que j’en sais, la version Vita souffre parfois de légers ralentissements, inexistants sur la console de salon, mais reste parfaitement jouable.
Accompagnant l’histoire, certaines cinématiques en animé viennent de temps en temps faire leur apparition, et sont, de la même façon, très agréables à regarder.

Du côté de la bande son, il s’agit simplement d’un travail admirable. Tous les dialogues du jeu sont doublés en anglais ou en japonais (via un DLC gratuit fourni dans la boite du jeu). Je préfère évidemment les voix japonaises, que je trouve parfaitement adaptées au style du titre. La bande son est un mélange entre compositions originales et remix de certains titres légendaires de la saga. C’est une totale réussite, et certains thèmes me font toujours autant vibrer.

 

26209321901_152fcd6ebf_bLe battle system mélange certains classiques comme l’ATB avec de nouveaux concepts, telles que les pyramides de myrages.

 

Square-Enix s’est fait plaisir avec WoFF (le chien ou pas ???) en ce qui concerne le système de combat, et le gameplay en général. D’un côté, nous avons un ATB (active time battle) remanié, mais somme toute classique, sorte de mélange des anciens FF et de Grandia. De l’autre, un système de pyramides, qui outre le côté un chouya ridicule, devient très vite assez complexe, sans être pour autant compliqué. J’explique ça tout de suite.

Lors de la majeure partie des combats, les myrages que vous rencontrerez pourront être capturés, à l’instar d’un PoKéMon. Pour y arriver, il faudra en fonction de l’espèce les affaiblir, éliminer tous les autres monstres ou encore leur balancer une altération d’état, voir même parfois les soigner ! Quand la condition pour la capture est obtenue, un halo bleu apparaîtra autour d’eux, et les héros devront lancer un Prisme correspondant à l’espèce, une sorte de pokéball en gros, pour capturer les bébètes. Il existe trois tailles de myrages, petit, moyen et grand. De la même façon, selon qu’il soient en forme de Lilipuce ou de GigantusReynn et Lann sont respectivement petits et grands.

Lors d’un combat, les deux héros formeront donc chacun une pyramide individuelle, qu’ils composeront, et qui comprendra jusqu’à trois éléments empilés, vous aurez compris, un petit, un moyen, un grand. Il faudra alors composer avec les myrages possédés pour composer des pyramides intéressantes, sachant que certaines combinaisons peuvent être particulièrement puissantes, et faire attention à ce que l’ennemi ne vous fasse pas tomber, au risque de grands bobos !

Sur le papier, l’explication peut semble bizarre, mais une fois le pad en main, tout vient très naturellement, et on se prend pas mal au jeu, en faisant évoluer nos combattants pour qu’ils apprennent de nouvelles techniques via un système de sphérier à la Final Fantasy X.

 

 

Avec WoFF (… WOFF WOFF), je m’attendais, pour être honnête, à une simple avalanche de fan service, sans trop de forme et sans trop de fond. C’est vrai que le pitch et l’aventure semblent relativement light au premier abord. C’est vrai qu’il y’a une très forte odeur de repompe sur PoKéMon et consorts, mais merde, cet univers tient quoi ! Malgré une linéarité relativement importante pour un RPG – les amateurs de Final Fantasy XIII n’en ont cure ! – la rencontre de tous ces personnages emblématiques, la collecte de myrages et l’envie, mine de rien, d’en apprendre plus sur Reynn et Lann me font passer les heures sans même que je le remarque ! J’ai beau être critique sur le J-RPG aujourd’hui, il se pourrait bien que World of Final Fantasy soit le plus réussi sur lequel j’ai mis les mains depuis pas mal d’années…

Apoc

J'aime le piment d'espelette.

%d blogueurs aiment cette page :